Articles à découvrir

Road to Colmar : préparation Men's Physique

Interview : Alexandre Franchini

Mental et motivation : les clés de l'anabolisme

Mental et motivation : les clés de l'anabolismeCombien se rendent à la salle de musculation sans réel but ni objectif, sans la rage de vaincre, voir même par contrainte. Le mental vous permet d'avancer, de progresser dans vos objectifs et de réaliser réussite sur réussite.

Concentration


La première chose à respecter, c'est la concentration. On n'attaque pas une série de 100 kilos au développé couché comme on attaquerait un petit footing, vous avez des kilos et des kilos de fonte qui exercent une pression sur votre corps, le risque de blessure existe en permanence, c'est pourquoi il faut conserver une concentration à toute épreuve. Cessez toute discussion avec votre partenaire d'entraînement, on oublie la dernière blague qu'il vous a raconté, visualisez la barre, imaginez-vous entrain d'exécuter le mouvement. Fermez les yeux quelques instants, prenez une grande inspiration, et lancez-vous !

Il est aussi possible de coupler cette technique avec un peu de musique dans vos oreilles, de manière à vous déconnecter du monde extérieur, et à ne plus entendre votre voisin sur la machine d'un côté dont on entend le rire à 10 kilomètres. Bien entendu, privilégiez une musique qui fera violence en vous, et non un morceau de musique classique. Si vous manquez d'idée, consultez notre sujet : musique motivante

Énervement et adrénaline


Avez-vous déjà vu certaines compétitions de powerlifting ? Ces types qui soulèvent plus de 300 kilos. On les voit parfois se donner des claques (ou se prendre volontairement des claques) quelques secondes avant de pousser la barre. Cela a pour action de permettre au corps une libération d'adrénaline, formidable hormone agissant sur le système nerveux et le système cardio-vasculaire. En d'autres termes, cela permet d'augmenter potentiellement sa force durant les quelques secondes qui viennent. Bien entendu, on a pas tous envie de se donner des claques avant chaque série, c'est pourquoi il existe une autre technique plus simple, et toute bête : avant de commencer la série, il suffit alors de visualiser dans votre esprit une scène que vous avez vécu dans votre vie et qui vous a énervé au plus haut point.


Conserver des objectifs réalistes


J'insiste bien sur le terme "réaliste". Vouloir prendre 10 kilos de muscle en un an ou encore passer de 60 à 100 kilos en série au développé couché en 3 mois est tout sauf réaliste. Il faut que l'objectif fixé soit clairement quantifiable et  surtout, dans la continuité logique de votre progression. Par exemple, si vous faites en ce moment 3 séries de 8 répétitions à 80 kilos, vous pouvez par exemple vous fixer d'atteindre 3 séries de 12 répétitions d'ici 2 mois.

Il est également important d'éviter de se projeter trop loin dans le temps. Il vaut mieux se fixer des objectifs modestes tous les 2/3 mois, plutôt que des objectifs irréalistes, flous, 1 an plus tard, où vous ne verrez jamais le bout.


Comparez-vous à vous-même


On connait tous des personnes dont on apprécie le physique et dont on aimerait leur ressembler. Gros problème : nous sommes tous fait différemment, d'une taille différente, largeur de clavicules différentes, membres et muscles plus ou moins long, insertions musculaires (définissant d'une certaine manière la "forme" des muscles), symétrie ou asymétrie des muscles. On a beau s'entraîner pendant 20 ans, tous ces éléments ne se modifient pas et font parti de vous. C'est pourquoi il vaut mieux éviter de se comparer à quelqu'un d'autre. Si vous êtes étroit des clavicules, vous aurez l'impression d'avoir aucune largeur d'épaules (carrure) comparé à un débutant qui a une bonne largeur de clavicules. Cherchez plutôt la solution pour vous élargir (pour l'exemple ici, il faudra par exemple mettre l'accent sur les deltoïdes latéraux) plutôt que de vouloir la même largeur que l'autre individu, chose qui sera impossible.

La meilleure comparaison possible est donc vous-même, aujourd'hui, celui que vous étiez il y a quelques mois en arrière, et celui que vous serez dans quelques mois.


Les mauvaises excuses


"il a une meilleure génétique que moi", ou encore "je sus sûr qu'il se dope, c'est pour ca qu'il est comme ca!" sont des phrases que l'on a tous déjà entendu. Plutôt que de se trouver des excuses dont le motif est non vérifiable, demandez-vous plutôt : qu'est-ce que je dois faire pour devenir aussi bon que lui ? Il existera toujours plus fort/plus musclé, il faut donc s'en servir comme motivation pour avancer. Certaines personnes ont plus de facilités que d'autres à progresser, ces mêmes personnes ont tendance à se reposer sur leurs acquis pour ne pas se donner à fond, alors donnez le meilleur de vous-même et dépassez les!



La formule : mental = motivation = prise de force = prise de muscles


En effet, tout est lié. Ceux qui deviendront les plus forts, les plus musclés seront ceux qui auront un mental à tout épreuve, qui ne louperont pas leur séance à cause d'une excuse bidon, qui forceront à hauteur du physique qu'ils aspirent. Allez-vous entrainer avec détermination, dans le seul but d'atteindre vos objectifs, réalisez vos séries comme si c'était les dernières de votre vie. NO PAIN NO GAIN.

A propos de l'auteur de l'article

Sorn

Coach NutriSorn
Est l'auteur de : 69 article(s)

Fondateur du site, passionné de musculation et nutrition depuis plusieurs années, je mets à jour en permanence mes connaissances grâce à la lecture de livres spécialisés, études scientifiques, magazines, forums, mais aussi grâce aux échanges avec des culturistes et spécialistes que j'ai l'occasion de rencontrer.


Restez informé des nouveautés NutriSorn - Votre email :

Commentez l'article

#16 Posté le 11/01/2013 à 19h13 par Sorn

Le dernier et ultime conseil pour entretenir sa motivation, c'est de rejoindre la communauté NutriSorn sur le forum, où nous nous entraidons et encourageons mutuellement à progresser :-)

Vous devez vous inscrire (inscription gratuite et rapide) et vous identifier afin de pouvoir commenter cet article.