Articles à découvrir

Quels compléments alimentaires choisir

Test de la montre SleepTracker

Road to Colmar : épisode 2

Road to Colmar : épisode 2

Semaine 2 : évolution


Pour rappel, j'étais à 84,00 kilos la semaine suivante, 79 centimètres de tour de taille, 9% de graisse.
7 jours après, je suis à 83,10 kilos, soit une perte de 900 grammes, et 78 centimètres de tour de taille.
Bilan positif donc.


Entraînement


J'arrive à maintenir ma force sur la quasi intégralité des exercices, et même à progresser sur certains.
Aucun changement pour l'instant à ce niveau.
Le booster MYPRE m'aide à garder de l'énergie pendant l'entraînement, malgré la restriction calorique.


Diététique


  • - Au fil de la semaine, j'ai supprimé progressivement les 100 grammes de féculents du diner, afin de ne plus avoir quasiment aucun glucide en soirée.

  • - J'ai remplacé les 2 carrés de chocolat noir 90% par de 2 carrés de chocolat noir 99%.

  • - Achat de jus de betterave rouge, qui favorise la congestion et une contraction musculaire plus intense. Je consomme un verre environ 2H avant l'entraînement



Compléments alimentaires


J'ai décidé de tester une crème à base de caféine, que j'applique deux fois par jour sur la sangle abdominale. Je n'y crois pas trop à la base, mais curiosité avant tout, je préfère me faire ma propre opinion dessus.

Après application, la zone chauffe progressivement et se met à rougir pendant près d'1H, c'est assez impressionnant. Ensuite tout redevient normal.



Côté boisson d'entraînement et shaker post-entraînement, on ne change pas une équipe qui gagne (et qui me permet de n'avoir aucune baisse d'énergie durant la séance) :


PENDANT L'ENTRAINEMENT :

- 80 grammes de Vitargo (ou maltodextrine)

- 15 grammes de PeptoPro

- 10 grammes de BCAA


IMMEDIATEMENT APRES L'ENTRAINEMENT :

- 60 grammes d'ISO:PRO 97



Questions / Réponses


Au niveau du régime, fonctionnes-tu avec le même apport calorique chaque jour ou varies tu un jour hyper/ un jour hypo?

Je préfère garder un apport calorique journalier identique, je trouve cela plus facile à gérer dans le comptage des calories et la diminution des calories.

La solution d'alterner jour haut en glucide / jour bas (selon les entraînements) peut néanmoins être intéressante si l'on souhaite avoir un regain d'énergie lors des grosses séances, si les performances commencent vraiment à trop chuter (ce qui n'est pas encore mon cas pour l'instant).



Niveau training, tu as allongé les répétitions ? Cela donne quoi au niveau des charges ? j'imagine que tu dois travailler léger, comment t'y prends-tu pour le choix de la charge ?

Mon entraînement reste le même, les tranches de répétitions aussi en fait. Certaines séries peuvent paraitre longues, mais je ressens mieux certains muscles en série longue, cela m'évite de dégrader l'exécution du mouvement quand cela devient difficile, et on progresse plus facilement sur une série longue que sur une série courte (où la moindre fatigue nerveuse va venir plomber la série).


Je prends un peu moins lourd qu'en prise de masse car j'ai perdu un peu de force sur les gros exercices de poussée (développé couché, développé haltères, squat, surtout), mais je suis loin de bosser léger! Aux développés couchés haltères, j'utilise des haltères de 50 kilos par exemple, aux dips, je me leste avec 60 kilos, etc.


Régime ou pas, j'essaie en permanence de progresser, d'ajouter des répétitions, puis lorsque j'ai atteint le maximum de ma tranche de répétition (15 répétitions lorsque je dis 8-15 par exemple), j'augmente le poids et je repars à 8 répétitions. En prise de masse, cette stratégie permet de gagner du muscle et de la force. Au régime, elle permet de maintenir au mieux la masse musculaire. Si l'on fait (de soi-même) le choix de prendre plus léger, les muscles seront moins choqués, et la masse musculaire va diminuer. Alors oui, on va perdre + de poids, mais parce qu'il y a du muscle de perdu ;-)



Accordes tu de la place au  cardio pur ?

Le cardio, c'est une dépense énergétique en plus, et personnellement, j'ai du mal à encaisser de gros entraînement + de grosses séances cardio en étant au régime. Du coup, j'introduis le cardio seulement lorsque je n'ai plus le choix, c'est à dire dans un seul cas : j'ai déjà réduit au maximum mes glucides, et le poids ne baisse plus.

Pour l'instant, ce n'est pas le cas, alors je préfère m'en passer, cela me laisse + d'énergie pour les entraînements qui sont déjà très éprouvant.

Attention, je n'ai pas dis que je boudais le cardio, quand je suis en prise de masse, j'adore en faire :-) (le coeur est un muscle, faut aussi le travailler!)



Comment comptes-tu gérer la déshydratation dans les derniers jours avant la compétition ? (Privation d'eau, compléments / "médicaments", privation de sodium,... ?)

La catégorie Men's Physique pénalisant les physiques beaucoup trop secs/écorchés (le fameux réseau veineux visible sur tout le corps), je n'irais pas dans les extrêmes jusqu'à me déshydrater pour virer la moindre flotte.

Par contre, j'introduirai la dernière semaine du B.O.P, un diurétique naturel à base de bouleau et d'olivier pour virer le surplus d'eau, tout en réduisant légèrement la consommation de sodium.



Comment fonctionnes le rebond glucidique le jour de la compétition: quelle quantité de glucide est nécessaire pour que les muscles et veines ressortent bien après des semaines de restriction. Quel timing également ?
Pour l'instant, je ne sais pas encore si je tente le rebond glucidique au risque de le rater et d'être assez flotteux le jour J , je vais certainement faire un "mini essai" mi-mars afin de voir comment réagit mon corps, si je suis mieux visuellement avec un rebond ou sans.

Il faut savoir que les muscles (+le foie) peuvent stocker environ 500 grammes de glycogène, voir un peu + pour les pratiquants de musculation (plus on est musclé, plus cette capacité augmente). Chaque gramme de glycogène attire environ 2,7 ml d'eau dans les cellules, ce qui veut dire qu'avoir un bon rebond, on peut reprendre environs 1,5 kilos à 2 kilos (voir plus selon la masse musculaire de chaque individu).

Pour refaire les stocks de glycogène, il faut s'y prendre 24 à 48H avant le jour J. Tout se décidera donc durant la dernière semaine ... Rien n'est encore décidé dans ma tête ! :-)



Parle nous du côté psychologique de la préparation : comment tenir bon en fin de prépa avec la faim et la soif ?

Le plus difficile pour moi, c'est l'aspect social : devoir refuser un grand nombre de sortie, invitation, restaurant, etc.

A force, l'entourage prend l'habitude et sait qu'il est inutile de proposer un repas quand on est en pleine préparation .. mais cela reste frustrant !

Personnellement, pour oublier la faim, je dois occuper mon esprit : passer du temps devant l'ordinateur, lire un bouquin, jouer à la console. C'est une astuce qui fonctionne chez moi en tout cas ;-)

J'abuse aussi des oeufs (bio bien entendu) et du café noir (sans sucre mais avec une pincée du sucralose), ca aide à réguler l'appétit.


Rendez-vous la semaine prochaine pour connaître la suite!

Si vous avez des questions, posez les en commentaires ou envoyez les moi par mail (Anthony@NutriSorn.fr), je publierai les réponses dans le prochain article.


J-20


Retour sur l'épisode 1

A propos de l'auteur de l'article

Sorn

Coach NutriSorn
Est l'auteur de : 69 article(s)

Fondateur du site, passionné de musculation et nutrition depuis plusieurs années, je mets à jour en permanence mes connaissances grâce à la lecture de livres spécialisés, études scientifiques, magazines, forums, mais aussi grâce aux échanges avec des culturistes et spécialistes que j'ai l'occasion de rencontrer.


Restez informé des nouveautés NutriSorn - Votre email :

Commentez l'article

Vous devez vous inscrire (inscription gratuite et rapide) et vous identifier afin de pouvoir commenter cet article.